Méthode de BIGOURDAN

Print Friendly, PDF & Email

Pour lire cet article, vous devez être familiarisé avec la mise en station préparatoire.

si ce n’est pas le cas, lisez cet article (ICI)

 

La méthode de Bigourdan :

Pour mieux comprendre ce que je vais décrire, je vous donne un lien plus schématique ICI (cela évitera de faire des doublons sur le net) (**Si le lien est cassé, tenez moi en informé et je mettrai le document en téléchargement après autorisation de l’auteur).

Bon résumons, nous sommes parfaitement de niveau et l’axe polaire pointe vers le sud avec une élévation correspondant à votre latitude.

Pour affiner notre mise en station, après avoir lu les documents en lien ci-dessus, nous utiliserons les commandes indiquées sur le deux photos suivantes :

 

Recommandation : que vous utilisiez un oculaire, un appareil photo numérique ou une webcam, avant de commencer, repérez toujours le sens d’installation. Pointer une étoile ou un objet très visible et actionnez les deux boutons de la raquette qui dirigent l’axe d’ascension afin de repérer le sens Est/Ouest dans votre champ.

Si vous utilisez un appareil photo ou une webcam, tournez les afin que le sens Est/Ouest soit gauche/droite sur votre capteur, vous étant positionné face au sud.

Et si vous le repérez facilement, l’axe de déclinaison Sud/Nord soit monter/descendre.

De cette manière, les corrections à apporter seront plus facile à traduire.

Pour ma part, utilisant une webcam, j’utilise le logiciel libre « Collimation », qui affiche une mire et donc plus facile à maîtriser les mouvements.

Avec un APN, le repérage de l’étoile se fait dans le viseur, puis effectuez ensuite de pose de plus en plus longue et visionnez les à chaque fois pour voir la traînée de l’étoile afin de terminer les corrections (Exemple ci-dessous)

 

 

 

Voici un exemple de dérive sur une image prise par un APN.

Celle ci montre la dérive sens Est/Ouest par un défaut de suivie pendant quelques secondes.

Pour nos corrections à effectuer, le sens à regarder est Haut/Bas ou Sud/Nord.

 

 

 

Voilà, vous êtes près. Avec les explications fournies par le lien plus avant, vous pouvez commencer.

Pointez une étoile à l’Est (ou à l’Ouest si vous ne pouvez pas), centrez là et observez le mouvement. Ne vous occupez pas du suivi, sauf si vous ne l’avez pas mis, il est possible qu’il y ait un déplacement de gauche à droite, dû à des défauts mécaniques de votre monture.

Exemple avec Collimation :

 

L’étoile présente est partie du centre et environ 2 mn après c’est retrouver à cette position.

Pour moi il fallait augmenter l’inclinaison.

Si votre étoile monte ou descend appliquez une correction sur la commande d’élévation ce qui va augmenter ou diminuer l’inclinaison de votre axe polaire.

Faite cette manœuvre dès que vous constater un mouvement conséquent.

 

 

Attention si votre étoile bouge plus vite c’est que le sens de la correction est inversé donc dans l’autre sens.

N’oubliez pas que l’image peu être inversée par votre renvoi coudé si vous en employez un, ou certaines optiques.

A vous de vous adapter selon le mouvement plus ou moins rapide de l’étoile.

 

Attention : Veiller à faire vos corrections doucement afin que vous puissiez voir le mouvement de l’étoile, car une fois effectué vous devrez recentrer l’étoile.

Quand au bout d’une à deux minutes elle n’a plus bougé ou c’est imperceptible, Passer à une étoile sur le méridien (axe imaginaire Sud/Nord) en direction du Sud ou du Nord.

Observez et si l’étoile monte ou descend, effectuez une correction sur l’un des commandes d’Azimut (attention à dévisser l’opposé pour ne pas croire que vous ne pouvez pas aller plus loin).

De même dès que votre étoile reste une à deux minutes sans mouvement perceptible, recommencer la première manœuvre mais cette fois temps que l’étoile ne reste pas au moins dix minutes sans monter ou descendre.

Dès que cette première manœuvre est terminée, repassez à la deuxième manœuvre et même temps sans que l’étoile ne bouge.

Une fois terminer, votre précision de pointage est proche de la perfection.

Vous pouvez répéter les deux dernières manœuvres avec des temps encore plus longs pour encore plus de précision, mais ceci n’est valable que si votre monture est de conception optimal et perfectionnée, et que vous ne voulez ou ne pouvez pas utiliser l’autoguidage pour la prise d’image.

Ce rappeler aussi que plus votre mise en station sera précise plus le pointage de votre GOTO le sera aussi.

Un exemple résultant d’une bonne mise en station en autoguidage avec le logiciel Guidemaster :

 

Vous remarquerez à gauche dans la fenêtre l’étoile cible zoomée et ces impacts à côté avec une résolution à 5 pixel.

mes axes de mouvement étant  gauche/droite pour haut bas sur l’écran et haut/bas pour gauche/droite sur l’écran, le schéma d’impact me montre que les corrections de guidage sur l’axe de déclinaison sont minimes, mais plus important sur l’axe d’ascension.

On peut en déduire un défaut de suivi mécanique ou un déséquilibrage de mon matériel (le plus souvent c’est le matériel)

 

 

 

Voilà, bon ciel à tous…

J'aime :

2 réponses à Méthode de BIGOURDAN

  • Oups erreur dans mon mail ! j’ai remis le bon !
  • Bonjour Valere, C’est Olivier, j’espère que tout va bien pour toi. Merci pour le tuto, c’est vraiment super, ça complète bien mes notes. Je m’y mets cette semaine. J’ai fais la demande en attendant à la « clé des étoiles » pour une barlow x3 et le porte oculaire pour mon APN CANON 1100D. A bientôt ! Olivier

Laisser un commentaire

septembre 2017
L M M J V S D
« Août    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  
Catégories
Archives