Le Nexstar 4 se

Print Friendly, PDF & Email

Le Nexstar 4 se Celestron…..

Que peut-on dire à son sujet. Un bon choix?

Mais qu’est-ce qui m’a pris  ce jour-là?

Et bien nous allons développer tout ça dans cette catégorie, en commençant par cet article.

 

Bon je ne vais pas développer toutes les caractéristiques techniques de l’appareil, vous trouverez tout ça dans la notice en français que vous trouverez dans la section téléchargement.

D’accord un petit peu quand même mais avec mes mots et surtout ce que Celestron ne nous dit pas.

Alors, c’est un ensemble tube et monture de type fourche monobras avec système Goto et tout cela est monté sur un pied avec une table basculante qui vous donne la possibilité de pouvoir installer votre matériel aussi bien en position alt/az qu’équatoriale.

Le tube : compact, un diamètre d’environ 120mm et d’une longueur de 320mm, le miroir est un 102mm et sa focale de 1350mm ce qui vous donne un f/d d’environ 13 (Aïe je n’avais pas remarqué le f/d), et enfin équipé d’un viseur point rouge somme toute efficace.

La monture : compact aussi, un diamètre de 220mm à sa base et haute de 345mm.

Le pied : je le trouve très stable, une bonne hauteur qui vous donne accès au tube dans toutes ses positions, mais attention ou vous mettez vos pieds.

 

Bon passons tout cela plus en détail.

Ce matériel est livré parfaitement rangé et protégé, le tout se monte en quelques instants sans difficulté.

Son aspect une fois en position est joli et pratique à l’utilisation (tout cela en position alt/az).

Coté systèmes électroniques, quand on est débutant, bien lire la notice et ensuite tester car  toutes les commandes et fonctions sont en anglais, mais sinon cela marche bien, le suivi pour du visuel est correct, le pointage d’objet est correct si vous avez bien fait votre alignement au départ, le catalogue interne est bien rempli. Franchement pour un débutant et plus c’est le pied. Vous pouvez même commencer à faire de la prise d’image avec une webcam, équipé d’un adaptateur, mais avec très peu de temps d’AVI, pas plus de trente secondes, sinon attention à la rotation du champ. Vous pouvez sans trop de difficulté le piloter par ordinateur, les logiciels sont prévus dans le paquet.

Si vous voulez faire mieux il faudra passer en position équatoriale. Mais là, commence vraiment la galère.

En effet le système de table vendu (équipant que le nexstar 4 se et le nexstar 5 se) est au départ, je pense, bien pensé mais franchement galère à exploiter. Le système de réglage en altitude ne peut être précis puisqu’il faut dévisser un système de blocage et pousser la monture en avant ou en arrière pour régler votre latitude, et pour l’azimut et bien il faut bouger le pied en entier ce qui fait que vous devez revoir le niveau à chaque fois. Mais vous pouvez palier au problème avec un peu de matériel (voir la section bricolage).

 

 

 

 

Enfin l’observation, il est livré avec un oculaire de 25mm PLÖSS Celestron de bonne qualité, avec lequel vous pourrez observer avec détails la lune en entier ou presque, Jupiter et saturne (en petit mais détaillé), pour le reste il vous faudra acquérir une barlow. Quant au ciel profond, c’est NADA.

En astrophotographie, et bien avec une webcam ou une caméra style starlight équipée d’un réducteur, vous pourrez prendre quelques objets mais de petite dimension, car le champ n’est pas grand, en ciel profond. Quant au planétaire, avec une bonne barlow et de la patience pour la mise au point, il y a de quoi s’amuser.

Avec un APN, je n’ai pas fini les tests, mais je peux déjà dire qu’au niveau des nébuleuses les plus brillantes, c’est pas terrible. Ce tube est en f/d 13, donc il ne prend pas assez de lumière pour vous révéler les couleurs et détails d’un objet.

Voici quelques exemples d’images prises avec le nexstar 4 se :

Jupiter à la webcam sans barlow.

 

Saturne à la webcam sans barlow.

 

NGC 3372 « la carène » à la webcam modifiée + réducteur 0,5.

 

M42 à APN, résultat de 10 images de 120s avec autoguidage.

 

 

 

 

 

 

Ces images ne sont pas à la dimension finale bien sur mais cela donne une idée.

Regret :

– Pas d’alimentation électrique, mais fourni avec un jeu de pile (en tout cas il y a quelques années, maintenant …). Il vous faudra trouver une alimentation 12v pour 750mA minimum pour être tranquille chez vous.

– Le monobras est, je trouve, trop court. il est prévu à l’arrière du tube la possibilité, avec le bon raccord Celestron, d’installer un APN ou tout autre imageur disposant d’un adaptateur au pas m42. Là, avec le bras trop cour attention à la position du tube car cela ne passe pas.

– La raquette de commande est en anglais donc un peu barbare avec les termes en astronomie pour un débutant.

 

Conclusion :

Ce télescope est relativement facile à mettre en place et en route, il donne un confort certain de manipulation et d’observation aux amateurs ou pour une soirée de démonstration, et surtout il est plus dans son élément dans le domaine du planétaire.

Si vous voulez le pousser plus loin alors il faudra que vous bricoliez, genre pied à colonne, autoguidage et autre.

Voici le manuel d’utilisation :

  Manuel Nextar4SE (3,2 Mo, 248 hits)

 

Bon ciel…

J'aime :

Laisser un commentaire

novembre 2017
L M M J V S D
« Oct    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  
Catégories
Archives